Quels signes pour reconnaître le surentraînement sportif ?

Dernière mise à jour: 27.09.22

 

Si vous êtes une personne sportive et que dernièrement vous avez une sensation de faire du « sur place » dans vos progressions, faites attention. Dès que vous vous sentez de plus en plus fatigué et irrité au quotidien dans vos séances d’entraînement, vous commencez à être victime de surentraînement. Découvrez tous les signes et sachez comment reconnaître ce phénomène de surentraînement pour prendre les mesures nécessaires.

 

Le surentraînement, de quoi s’agit-il ?

Chez un sportif, le surentraînement se présente comme une accumulation de fatigue psychologique et physique. Cette grosse fatigue entraîne par la suite une baisse de performance chez l’individu et peut s’accompagner d’un changement de comportement. Selon la personne, cette modification de comportement correspond à de l’anxiété, de l’insomnie ou encore du stress.

Ce même phénomène peut aussi occasionner des douleurs au niveau des articulations et des muscles qui peuvent entraîner des blessures chez le sportif. De récentes études ont également pu démontrer que le surentraînement a une conséquence négative sur le cerveau de la victime.

Sachant que la fatigue extrême fait partie intégrante d’un entraînement, il n’est pas simple de diagnostiquer ce phénomène. Une association dans le domaine de la médecine a néanmoins conçu un questionnaire bien pensé afin de savoir si un individu est touché par le phénomène ou non. Il faut savoir que le surentraînement concerne toutes les disciplines, mais encore plus les sports d’endurance.

On peut prendre l’exemple de l’athlétisme, du cyclisme et du trail qui demande un volume important d’entrainement. Toutefois, il n’y a pas que les sportifs de haut niveau qui en sont victimes, car le surentraînement peut aussi toucher les amateurs. Si vous êtes dans cette catégorie et que vous êtes tout le temps fatigué et que vous ressentez une baisse de performance, il faut se poser des questions sur votre état.

On peut aussi noter que le surentraînement et le burnout sont 2 problèmes de différentes natures qui peuvent toucher les sportifs. Dans le cas du burnout, il s’agit d’un phénomène qui se présente chez un individu et qui se reconnaît par une dépression aiguë s’accompagnant du dégoût de la pratique de l’activité sportive jusqu’à s’arrêter complètement. Ces observations ont été diagnostiquées auprès de footballeurs et de tennismen professionnels.

 

Qu’en est-il du syndrome de surentraînement ?

Pour faire simple, il s’agit là de la forme la plus critique du phénomène de surentraînement qui se présente déjà de manière chronique. C’est-à-dire que l’état de fatigue de la personne devient répétitif et peut s’étendre sur plusieurs mois.

Candide Pralong, skieur de fond peut d’ailleurs en témoigner étant donné qu’il a été touché par le syndrome de surentraînement il y a de cela quelques années. Il a été obligé de recourir au service d’un psychologue sportif et a dû renoncer à sa saison cette année-là. Pour dire qu’il s’agit d’un problème qui ne doit pas être négligé chez n’importe quel individu qui pratique du sport de manière intense.

Quelles sont les origines du surentraînement ?

Le surentraînement est causé par un excès de séance d’entraînement que l’athlète ne peut plus assimiler de manière normale. La plupart du temps, il peut aussi être le résultat d’un déséquilibre entre le temps de récupération et les séances d’entraînement.

Dans ce cas de figure, les muscles ne peuvent pas faire le plein d’énergie et ne peuvent donc pas fournir la meilleure performance. De plus, le surentraînement est un phénomène chronique qui se fait remarquer au bout de quelques semaines et non pas en un jour. Il faut donc être très attentif quant à la présentation du symptôme de stress et autres qui ne trompent pas.

Il faut aussi savoir qu’il n’y a pas que l’excès d’entraînement qui est à l’origine de ce phénomène en pratique sportive. Une séance de pratique monotone, la malnutrition, le stress ou encore une mauvaise hygiène de vie peuvent également provoquer ce problème. Dès que vous vous dites, je suis tout le temps fatigué, ce n’est plus tout à fait normal.

 

Quels signes guetter pour reconnaître le surentraînement ?

Comment savoir si une personne souffre de surentraînement ? Ce n’est pas simple à observer, mais il y a des signes qui ne trompent pas. À partir du moment où la performance sportive de la personne ne fait que baisser, il faut rester en alerte concernant :

  • La perte d’appétit et de poids
  • Le processus difficile de sommeil
  • Des humeurs changeantes
  • Hausse de la tension artérielle et accélération du rythme cardiaque
  • Fréquente douleur au niveau des articulations et des muscles
  • Les jambes deviennent plus lourdes comparées à d’habitude
  • Baisse inquiétante de la motivation

Si ces symptômes font leur apparition, il faut commencer à se poser des questions et ne surtout pas essayer de les ignorer. Si une fatigue intense sans raison apparente vous gagne, il ne faut pas trop attendre avant de prendre les choses en main.

Comment réagir en cas de surentraînement ?

Dès que vous commencez à détecter les signes précurseurs, le mieux serait de consulter un médecin sans tarder. Ce sera à lui d’effectuer un diagnostic conforme à la situation pour ensuite instaurer un programme de récupération adéquat.

En somme, il faudra mettre en priorité une période de repos complète afin de laisser la fatigue musculaire et articulaire se dissiper. La réduction du stress ainsi qu’un rééquilibrage du métabolisme doivent aussi être entrepris. Une fois que la fatigue commence à partir et que vous gagnez en force et en motivation, le processus de guérison est presque accompli.

 

Combien de temps mettre son corps au repos ?

Cette période est déterminée selon le niveau de fatigue du corps après avoir vécu cette mauvaise expérience. En principe, le temps de récupération est proportionnel à celui du surentraînement qui peut s’étendre sur quelques semaines voire quelques mois.

Une fois remis, il faudra alterner les jours d’entraînement et les jours de repos et ne pas directement forcer avec le BCAA et les activités. Vous pourrez par la suite intensifier et faire du sport tous les jours à votre rythme.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES