Les différences entre les vitamines liposolubles et les vitamines hydrosolubles

Dernière mise à jour: 22.09.21

 

Liposolubles ou hydrosolubles, la plupart des vitamines ne peuvent être synthétisées et encore moins produites par l’homme ; d’où l’intérêt de combler les besoins via l’alimentation. Prudence toutefois, car une surconsommation peut jouer en votre défaveur. Pour tout savoir sur les vitamines, parcourez notre article qui traite le sujet.

 

Vitamines liposolubles

Historiquement, on doit la découverte des vitamines à Kazimierz Funk en 1912. Il s’agit d’un biochimiste polonais qui a su mettre en exergue l’apport de ce type de substances aux corps humains. En effet, bien que ces dernières ne soient pas source d’énergie, elles sont en mesure de prévenir plusieurs pathologies, à tous les niveaux.

La famille de vitamines liposolubles est caractérisée par sa solubilité au contact de la graisse ou des lipides. Elle regroupe 4 sortes de vitamines qui sont : A, E, K et D.

 – Vitamine E

Également appelée tocophérol, cette vitamine liposoluble offre une protection optimale contre l’expansion des radicaux libres. En ce sens, elle a un pouvoir antioxydant épatant qui mettra vos cellules à l’abri de toute sorte d’oxydation. Une carence en vitamine E engendre généralement de l’anémie.

La plupart des huiles alimentaires sont en mesure de vous procurer un taux satisfaisant, c’est le cas des oléagineux (noix, cacahuètes, pistaches…), des fromages, du beurre, des margarines végétales…

 – Vitamine K

Ce type de vitamine est principalement impliqué dans la coagulation sanguine, il prévient ainsi l’apparition d’hémorragies. Par ailleurs, il permet au calcium de se fixer au niveau de la matrice protéique de l’os.

Si vous vous demandez quels sont les aliments riches en vitamine K ? Sachez que la composition de cette vitamine liposoluble demeure sans précision jusqu’à aujourd’hui, néanmoins, il s’avère que la vitamine K1 est principalement retrouvée dans les aliments d’origine végétale, comme les choux, le cresson et dans l’huile d’olive ou de soja. Quant à la vitamine K2, les abats ainsi que les viandes représentent des sources importantes.

 – Vitamine D

Outre sa principale fonction qui repose sur la solidification des os ainsi que leur rigidification (bienfait obtenu grâce à la stabilisation de l’homéostasie calcique), elle permet également à l’intestin de procéder à une métabolisation maximale du phosphore ainsi que du calcium. La bonne nouvelle, c’est que ce type de vitamine peut être synthétisé par notre organisme via la peau, mais cela nécessite l’intervention des rayons UV ou solaire. En ce sens, si vous ne vous exposez pas assez au soleil, il y a de fortes chances que vous ayez des carences en vitamines. 

C’est pareillement le cas pour les femmes enceintes ou les nourrissons, étant donné que leurs besoins sont beaucoup plus importants. Les personnes âgées doivent aussi consommer des légumes riches en vitamine D, surtout si elles ne s’exposent guère au soleil.

Dans quel aliment trouve-t-on de la vitamine D ? Pour éviter les carences, il convient de consommer du poisson gras, à l’exemple des sardines ou du maquereau. Vous pouvez aussi prendre de l’abats, du beurre, des œufs ou encore du lait entier qui représente une source de vitamine liposoluble D.

 – Vitamine A

Cette dernière intervient à différents niveaux et elle apporte une pléthore d’avantages à plusieurs fonctions essentielles de l’organisme. Son principal rôle se porte dans le domaine de la vision, outre son apport significatif dans le système immunitaire. La vitamine A joue également une fonction antioxydante vu qu’elle dresse autour des cellules une barrière protectrice qui évite que ces dernières s’oxydent. Mis à part cela, on lui reconnaît également des fonctions en termes de croissance et de renouvellement cellulaire.

Pour booster votre taux de vitamines A, vous pouvez soit optimiser votre apport de rétinol qui est généralement obtenu via les produits d’origine animale (à l’exemple du beurre, des produits laitiers, de l’œuf, de l’huile de foie de poisson, des foies d’animaux…), soit consommer des produits riches en caroténoïdes que l’on retrouve dans des aliments végétaux (courges, carottes, épinards, abricots…)

Vitamines hydrosolubles

En toute logique, cette catégorie de vitamines est quant à elle soluble dès qu’elle prend contact avec l’eau. À ce niveau, l’on distingue 2 grandes familles : les vitamines B (B1 jusqu’à B12) et la vitamine C.

 – Acide folique/Vitamine B9

Dans le cas où vous vous demandez à quoi sert l’acide folique, sachez que cette vitamine est nécessaire dans la métabolisation des divers types d’acides aminés. Comme elle intervient également auprès de l’ARN et de l’ADN, les mitoses risquent d’être ralenties en termes de multiplication au niveau des cellules sanguines en situation de carence. 

Vous l’aurez compris, en phase de grossesse ou de croissance, il est important d’avoir un apport significatif en vitamine B9. On comprend donc vite pourquoi la supplémentation est de rigueur chez les femmes enceintes pour éviter des anomalies liées au développement du fœtus. Mis à part cela, cette vitamine a aussi un rôle important au niveau des nerfs, mais aussi du cerveau.

Pour avoir un apport suffisant, il est conseillé de consommer des légumes verts (comme les petits pois, les endives, les épinards…) ainsi que des fruits (à l’exemple de la banane, de l’orange, du melon). Pour les becs salés, il est aussi possible d’obtenir de l’acide folique via les fromages, les pâtés de foie, les œufs.

 – Acide ascorbique/Vitamine C

C’est sans nul doute la famille la plus populaire auprès de tous. Mis à part son pouvoir antioxydant, l’acide ascorbique est en mesure de vous mettre à l’abri des infections causées par des bactéries ou des virus. Par ailleurs, la vitamine C optimise la métabolisation du fer tout en protégeant la paroi du vaisseau sanguin. En cas de carence, on se heurtera à un scorbut qui est caractérisé par l’apparition d’œdèmes ou d’hémorragies qui peuvent être fatals dans certains cas.

Fort heureusement, on recense de nombreux aliments riches en vitamine C, à l’exemple des fruits (surtout les agrumes : pamplemousse, citron… et les fruits rouges : fraises, framboises…). Par ailleurs, la plupart des végétaux contiennent de la vitamine C.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES