Soigner les hémorroïdes à l’aide des marrons d’Inde

Dernière mise à jour: 13.05.21

 

Le marronnier originaire d’Inde est réputé dans la guérison de plusieurs pathologies, notamment les crises d’hémorroïdes. Malgré sa toxicité qui peut être dangereuse, cette plante apporte aussi ses bienfaits pour le traitement des varices, des vaisseaux capillaires et des veines. Dans ce guide orienté vers les avantages du marronnier pour les hémorroïdes, découvrez ce fruit exotique au pouvoir multiple et insoupçonné.

 

Caractéristiques de la plante

Le marronnier d’Inde de son nom scientifique Aesculus hippocastanum est aussi connu avec d’autres appellations comme le châtaignier de cheval ou le faux châtaignier. Ce marron toxique appartient aux 15 membres de la famille des Hippocastanacées et se démarque par ses traits particuliers.

On reconnaît le marron d’Inde grâce à ses fleurs très parfumées et des pétales regroupés en forme de grappe. Ses feuilles sont palmées et pétiolées avec une coloration intense pendant la saison d’éclosion comme la plupart des arbres fruitiers.

Son enveloppe est une capsule dotée d’épine qui s’appelle bogue et renferme la graine de couleur marron qui lui a valu son nom. Son tégument est une structure lisse avec une certaine brillance avant d’arriver au niveau du hile.

La médecine prélève 3 parties de la plante à savoir les graines, la tige, mais aussi l’écorce selon l’usage final du produit. Rien ne se perd alors pour cette plante qui pousse facilement dans les terres les plus fertiles, quelle que soit la localisation.

Le marron d’Inde a été découvert aux Balkans depuis le XVIIe siècle avant d’arriver dans d’autres continents comme l’Europe. Si les graines ne sont pas comestibles dans leur forme brute, les autres composants cités plus hauts apportent tous leurs bienfaits dans le traitement de plusieurs pathologies les plus fréquentes de notre époque.

Les bienfaits apportés par le marronnier

Que faire avec des marrons d’Inde ? En se servant des graines et de l’écorce de cette plante, on peut exploiter leurs principes actifs qui ne sont pas similaires avec leurs propriétés complémentaires. Ces composants sont en premier lieu utilisés pour soigner le problème d’insuffisance veineuse et pour apporter plus de tonus à cet organe.

Également doté d’une capacité anti-œdémateuse et anti-inflammatoire, le marronnier d’Inde est utilisé en phytothérapie. La présence de l’esculoside qui est connu pour protéger les veines réduit aussi la porosité des capillaires et les rend plus résistants.

D’après l’Agence européenne des médicaments ou EMA, l’utilisation traditionnelle de cette plante peut traiter les symptômes liés à la jambe lourde. Le trouble léger de la circulation veineuse et du capillaire ainsi que les hémorroïdes sont soulagés par le marronnier d’Inde.

 

Posologie du marron d’Inde pour traiter les hémorroïdes

Toujours selon l’agence européenne des médicaments, cette plante est reconnue pour guérir les irritations et les brûlures causées par une crise hémorroïdaire.

Et donc, comment soigner des hémorroïdes avec ce produit ? La première alternative est de l’utiliser comme infusion en mettant une quantité de 50 g de marron d’Inde au maximum dans un litre d’eau froide. Faites ensuite bouillir le mélange pendant une durée de 10 minutes avant d’enlever la casserole du feu. Le mélange sera par la suite utilisé de manière externe dans un rôle de lavement pour soigner les hémorroïdes.

Dans son attribution de stimuli pour favoriser la circulation du sang dans les veines, la feuille du marronnier d’Inde peut aussi être consommée en tant que tisane. Faites attention avec le goût qui est tout de même âpre dans la bouche. Ce breuvage se prépare avec une cuillère à café de produit séché pour une tasse d’eau froide. Mettez-le ensuite sur le feu pendant 5 minutes avant de laisser infuser durant 10 minutes hors du feu tout en gardant l’ustensile couvert. Pour avoir l’effet souhaité, prenez 1 à 2 tasses par jour entre les repas pour une période de 3 semaines.

Dans un format de gélule avec un dosage de 75 mg, la prise quotidienne sera limitée à 2 ou 3 comprimés par jour pendant le repas. Et dans un extrait de marron d’Inde sous l’aspect liquide, il faut 150 gouttes dans 3 verres d’eau. Pour cela, il faudra dispatcher la prise en 3 : le matin, le midi et le soir. C’est le meilleur moyen pour guérir d’une hémorroïde interne.

En se servant d’une pommade, d’une crème, ou d’un gel pour un emploi dermatologique, il faut faire 2 à 3 applications au quotidien sur les endroits touchés par les hémorroïdes. Cette option est seulement une solution si vous ne pouvez pas vous procurer des gélules, car le marronnier agit lentement dans ce genre d’usage. De plus, le dosage n’est pas aussi précis qu’avec les comprimés d’où l’intérêt de choisir un produit pharmaceutique.

Dans un usage plus traditionnel avec les bourgeons et le macérât, il suffit de 15 gouttes à verser dans un petit volume d’eau avant ou après le repas pour le premier et hors des repas pour le second. Ce traitement s’effectue le matin et le soir pendant quelques semaines pour profiter de sa capacité de brûleur de graisse.

Conseils, contre-indications et effets indésirables

Dans une infusion, la saveur n’est pas du tout agréable, mais il est tout à fait convenable d’y ajouter du miel ou tout autre produit galénique. L’usage et la consommation de cette plante sont proscrits pour les femmes enceintes et en période d’allaitement. Les enfants de moins de 18 mois ne doivent pas non plus prendre du marron d’inde.

La durée maximale d’un traitement est limitée à 21 jours avec une suspension d’une semaine avant de continuer si nécessaire. Consultez un médecin s’il y a des signes d’inflammation de la peau, veines, varices et gonflement de jambes. De même, si vous êtes sujet à une insuffisance cardiaque ou rénale, mieux vaut vous tourner tout d’abord vers un professionnel de la santé. Dans un contexte très particulier, le marronnier d’Inde peut causer des troubles gastriques et des nausées chez certaines personnes. 

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments