10 aliments acides à éviter pendant un régime alcalin

Dernière mise à jour: 03.12.20

0
0

 

Repas sur le pouce, trop gras, trop sucré ou acide, la malbouffe a gagné du terrain et les habitudes alimentaires se sont dégradées. Au passé, puisqu’aujourd’hui, on assiste à une prise de conscience grandissante sur l’importance de  bien manger. D’ailleurs, des études menées par des experts du domaine mettent à jour le côté néfaste des aliments acides. Zoom sur le sujet !

 

Qu’est-ce que le régime alcalin ?

Avant de se pencher sur les aliments acidifiants, il est utile de partir à la découverte de quelques termes. Éclaircir ces quelques expressions permettra de lever le voile sur la relation entre les aliments acidifiants à éviter, le régime acido-basique, ses avantages et ses inconvénients.

 – Le régime alcalin

Le régime alcalin, aussi appelé régime acido-basique, se concentre sur les vertus de certains aliments. Pour celui qui  nous intéresse, le principe est relativement simple. En résumé, tout est question d’équilibre : l’équilibre acido-basique. Ce dernier n’est maintenu que si le corps n’est pas assailli par des aliments acides. Pour rétablir le bon rapport, il sera préférable de privilégier les aliments alcalinisants.

 – L’aliment acide et l’indice PRAL

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut savoir que la qualification d’« aliment acide » n’est pas liée au goût. Dans le contexte, le « aigre » n’est pas ce qui nuit à la santé. Pour définir cette acidité, il faudra se référer à l’indice PRAL (Potential Renal Acid Load). Il est donné par l’analyse des urines après ingestion d’un aliment. Le mEq (milliéquivalent), unité de valeur pour mesurer l’acide rénal potentiel devra être négatif (en dessous de 0) pour qu’un produit soit considéré comme ayant un pH acide basique répondant à la norme du régime acido-basique.

 

Pourquoi opter pour le régime alcalin ?

L’objectif ultime du régime acido-basique est d’aider au bon fonctionnement de l’organisme. Pour cela, il préconise l’adoption d’une hygiène de vie saine passant par une activité physique régulière ainsi qu’une dose de sommeil adaptée. Mais le principe sur lequel est axé essentiellement le programme se centre sur la priorisation d’une alimentation alcalinisante. Un excès d’aliment acide fera que l’organisme ira puiser dans ses réserves pour se pourvoir en minéraux alcalins. Il s’attaquera alors aux cartilages, aux dents, aux ongles, aux tissus et aux cheveux.

Dès que le corps commence à chercher ce qui lui manque en profondeur, vous ne pourrez que le ressentir directement. 4 signes que votre corps est trop acide peuvent constituer des indices qui doivent vous inciter à entamer un régime acido-basique. Il s’agit, entre autres, de l’apparition des caries, de la fragilisation des os, d’une grande prise de poids et d’un trouble du sommeil.

 

10 aliments acides à proscrire

Si la consommation d’aliments basiques est le maître-mot dans l’application du régime alcalin, la diminution des aliments acides en est l’envers. Aussi, pour que l’équilibre soit instauré, il est préférable de s’abstenir d’ingérer les 10 aliments qui suivent.

 – La viande

La viande rouge, comme la viande de mouton, de bœuf ou de porc, est en tête d’affiche des aliments acides. Tout ce qui est charcuterie ou abat est également à éviter. En guise de substitution, on peut se tourner vers le veau, l’agneau et la volaille comme la dinde ou le poulet. Ces derniers font partie des viandes blanches.

 – Les poissons

Tous les poissons ne sont pas acides. Pour respecter le régime acido-basique, il est conseillé de limiter la consommation de ceux qui sont gras tels que le thon, le saumon et le hareng. En revanche, vous pourrez opter pour du bar, du merlan, du cabillaud ou de la truite. Se permettre une tournée d’huîtres de temps à autre est également envisageable.

 – Les sucres

Quel que soit le régime adopté, arrêter de consommer du sucre (dans tous ses états) est toujours préconisé. Qu’il s’agisse d’édulcorants, de sucres raffinés contenus dans les pâtisseries et les sucreries ou les confitures industrielles.

Pour continuer à profiter de certaines douceurs, passer aux sucres naturels est une alternative, à savoir : le miel, le sucre complet ou les confitures aux fruits sans sucre ajouté.

 – Les céréales

Si les féculents du type de la patate douce ne représentent pas de réel danger en termes d’acides, ceux raffinés sont plus déconseillés. Ils concernent le riz blanc, les céréales, les pâtes et le pain.

 – Les produits industriels

Dans “produits industriels”, on peut entendre les plats cuisinés et les conserves. Le danger de cette catégorie est qu’elle touche une grande partie des aliments utilisés au quotidien. Comme exemple, on peut citer les sauces et les condiments, comme les câpres, le vinaigre, la mayonnaise ou le ketchup. Les biscuits et chips industriels seront également à proscrire de votre régime.

 – Les œufs

Même s’il est difficile de se passer de l’œuf au quotidien, l’effort pourrait se porter sur la limitation de son utilisation. Pour que son côté acide ne prenne pas le dessus sur les autres produits alcalins ingérés au fil de la journée, il faudra choisir les œufs bio. Afin d’optimiser leurs apports et minimiser leurs inconvénients, il ne faudra pas trop les cuire. En ce sens, l’idéal serait de se concocter des œufs à la coque ou mollets.

 – Les boissons

Mis à part l’eau, d’autres types de boissons, à l’exemple du soda, vous exposent à des problèmes de santé. Contenant des sucres dont l’acidité est incontestable, les additifs qui les composent provoquent un déséquilibre notoire dans l’organisme. De même, l’alcool, le café et certains thés présentent aussi un risque acidifiant.

 – Les fruits acides

Lorsqu’on parle d’aliment acide, le fruit acide est la première chose qui vient en tête. Et quand on dit aigre, le pH citron fait sans doute l’unanimité ; ce qui n’est pas tout à fait faux. Néanmoins, les agrumes de type pamplemousse ou orange ne sont pas les seuls à être acides. Font aussi partie du lot : les fruits crus ou hors saison, les cerises, les abricots ou encore certaines variétés de pomme.

 – Les noix et les oléagineux

Côté noix et oléagineux ; la cacahuète, la noix de pécan, la pistache, la graine de tournesol et le pépin de courge sont les plus acidifiants. Pour profiter des plaisirs de cette catégorie d’aliments, les noix du Brésil, la noix de cajou, le coco, les amandes, les graines de sésame, les olives ou les pignons de pin sont à privilégier.

 – Les légumes

Il est indéniable que les légumes sont essentiels pour la santé. Toutefois, l’équilibre acido-basique demande de bien les choisir. D’abord, bien les acheter de saison. Ensuite, limiter la consommation de tomates.

Puisqu’il est dit que l’excès de nourriture acide est source de maladies des os, ces quelques aliments cités peuvent servir de réponse à la question : quels sont les aliments à éviter en cas d’arthrose ? Les précurseurs du régime attestent également que les aliments alcalins peuvent aussi aider dans la lutte contre l’apparition du cancer.

 

Les aliments alcalins

Comme pour le régime à base de probiotique, il faudra commencer par la base. Pour simplifier cette initiation, voici un aperçu de la liste des aliments alcalins.

 – Les alcalins

Parmi les aliments alcalins, on peut citer les épinards avec haute teneur en chlorophylle et en minéraux. Vient ensuite la betterave remplie de vitamines, de phosphore, de protéines, de calcium, de fer, de fibre, de cuivre, de manganèse et de potassium. Le brocoli, l’asperge, le chou frisé et le poireau sont idéaux grâce à la présence de vitamine B, de potassium et ses capacités antioxydantes. 

L’aloe vera, lui,  permet de rééquilibrer la flore intestinale. En outre, manger des châtaignes et des bananes, c’est profiter des vertus des aliments alcalinisants. Comme épice, le curcuma anti-inflammatoire et antiseptique pourra agrémenter sainement les plats faits-maison.

Mention spéciale pour la spiruline qui a des propriétés immunostimulantes, antioxydantes et antidiabétiques. De plus sa faible teneur en calories et la grande variété de protéine qu’elle possède font d’elle un aliment parfait. D’ailleurs, on peut la prendre mélangée à de la soupe, du yaourt, dans de la salade ou dans du smoothie.

 – Les associations

Il est tout à fait possible d’associer bien-être et plaisir. Afin d’y parvenir, rien de mieux que de se lancer dans des mix d’aliments qui feront bénéficier votre corps d’un maximum d’apports.

L’un des meilleurs mariages qui soient, bien qu’insolite, concerne le concombre et la pastèque. Pour profiter de manière plus conventionnelle des vertus de ce légume et de ce fruit, il est possible de les prendre séparément au cours du repas ; voire au cours de la journée. En salade : asperge, algue et cresson assaisonnés de citron et d’ail. Une association de crus (ou de mi-cuits) qui offriront saveurs et qualités nutritionnelles de haut vol.

Pour la boisson, rien ne vaut l’eau alcalinisante. Pour savoir laquelle l’est, il faut partir du même principe que pour l’alimentation. Il faudra donc tenir compte de son pH. L’eau riche en bicarbonate est parfaite.

 – Les menus

Dans les grandes lignes, il suffit d’associer les produits alcalins et d’éloigner ceux dont l’acidité est élevée. Toutefois, en guise de piste :

Le petit déjeuner alcalinisant pourra comprendre : du thé vert sans sucre, une crêpe au sarrasin et des fruits rouges ;

Le déjeuner sera composé de poisson maigre, du riz brun, et de l’eau alcalinisant ;

Le dîner peut être constitué d’un potage, d’un œuf mi-cuit et de pain complet.

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments